Non classé

Les phobies

Une phobie est une peur démesurée et irrationnelle d’un objet ou d’une situation précise.

Les phobies les plus courantes sont : La phobie des gros animaux, phobie des petits animaux, la phobie du vide, la phobie du sang et des blessures, les phobies de l’enfermement, la phobie de l’obscurité, la phobie de l’eau profonde, la phobie du tonnerre et des orages, la phobie sociale…

pexels-photo-568027.jpeg

Le traitement de ces phobies est bien codifié en thérapie comportementale et cognitive où l’on expose progressivement (en imagination, en image ou in vivo) l’enfant à l’objet de sa phobie afin de la réduire petit à petit.

 

smilies-bank-sit-rest-160739.jpeg

Non classé

contre indication des TCC

Les TCC ciblent un trouble précis (comme par exemple une phobie, un trouble obsessionnel, des troubles du comportement, des troubles alimentaires, des troubles du sommeil, de l’anxiété, un manque de confiance en soi, une addiction, des difficultés d’organisation…), elles ne conviennent pas à un mal-être indéfini, qui demande un travail de structuration de l’identité ou un besoin de parler et d’être écouté.

Non classé

Séance de relaxation pour enfant

Calme et attentif comme une grenouille »

L’enfant peut en pratiquer à partir de 4 ou 5 ans. Plus l’enfant est jeune, plus les séances sont courtes (15 minutes environs).

L’aspect ludique est au cœur des séances pour les enfants. Une séance débute par un moment d’échange, de partage puis l’enfant pratique des exercices de respiration, de relaxation, d’écoute du corps, d’imagination, d’éveil sous formes de jeux, de contes ou de mouvements. La séance se termine par un dialogue sous forme de discussion ou de dessin.

  • Des accessoires peuvent être utilisés, comme des coussins par exemple. Cela permet de se détendre, de se concentrer, et surtout, de se recentrer sur soi-même.
  • C’est important dans une société où l’on est confronté sans cesse à des stimulations extérieures, et parfois nuisibles. On n’oublie trop souvent qu’un enfant a besoin de s’ennuyer et on surcharge son emploi du temps d’activités !
La pratique de la relaxation va favoriser le développement de l’enfant et l’aider notamment à :
  • Retrouver confiance en lui
  • Prendre conscience de son corps
  • Gérer le stress scolaire
  • Stimuler sa créativité
  • Améliorer sa concentration et son attention en classe pour mieux mémoriser
  • Développer toutes ses capacités
  • Évacuer ses peurs
  • Se libérer de ses colères
  • Trouver un sommeil apaisé
  • Encourager son autonomie
Relaxation pour enfant : un prolongement à la maison

Les exercices ne doivent pas être menés seulement chez le sophrologue. Ils doivent en effet aider au quotidien les enfants à mieux gérer leurs émotions, en toute autonomie.

Il est donc nécessaire de pratiquer aussi à la maison. Les parents ont là un rôle important à jouer : il faut encourager l’enfant à faire ses exercices ! Ceux-ci peuvent être mis en pratique le soir avant de se coucher ou à chaque situation difficile (avant de partir pour un contrôle par exemple).

sources : ooreka.fr, image : calme et attentif comme une grenouille
Non classé

TCC pour l’adolescent et l’adulte

La TCC s’adresse principalement aux personnes sujettes aux troubles anxieux. Elle peut aussi aider les personnes souffrant de troubles obsessionnels, de troubles compulsifs,de phobie sociale, de phobie scolaire, d’agoraphobie. Elle peut être également efficace dans les cas de manque de confiance en soi, de dépression, de difficultés à prendre des décisions et de problèmes comme les troubles du sommeil, les états de dépendance (addictions) ou encore les troubles alimentaires.

Elles permettent d’aider à :

  • s’affirmer,
  • travailler à la restauration revalorisante de sa propre image, en reconsidérant ses réelles qualités et potentialités,
  • lutter contre  les croyances anxiogènes (sources d’anxiété),
  • prendre des décisions
Livres recommandés :

 

Afficher l'image d'origine                                           Afficher l'image d'origine

 

sources : http://www.passeportsante.net/
Non classé

Motifs de consultation à l’adolescence

L’adolescence est une période de la vie durant laquelle, des changements psychiques et physiques peuvent survenir. Durant cette période, l’enfant peut avoir du mal à gérer ces changements et adopte des comportements inadéquats. Il peut avoir des difficultés scolaires, des problèmes relationnels avec son entourage, surtout avec ses parents, il se sent la plupart du temps seul et incompris, il peut même avoir des comportements agressifs. En cas de retard de prise en charge, l’enfant peut avoir des problèmes beaucoup plus sévères comme une perte d’appétit. Donc, à l’affût du moindre signe, les parents devront penser à consulter un psychologue.

En voici des exemples :

  • retrait
  • obsession(s)
  • phobie scolaire
  • peurs importantes
  • manque de confiance en soi
  • anxiété, stress des examens
  • baisse importante des résultats scolaires
  • perte d’appétit ou boulimie
  • L’entrée dans des conduites addictives (alcoolisation les week-end, utilisation de psychotropes) .

Il est parfois difficile de convaincre un adolescent d’aller voir un psychologue, car il croit que ce genre de thérapie est destiné pour les fous. C’est aux parents de lui expliquer que le psychologue pour adolescent est une personne formée pour apporter de l’aide à tout adolescent présentant des troubles de comportement qui risquent de nuire à son avenir. Il est déconseillé d’utiliser la contrainte, car cela ne résoudra en rien le problème.

Non classé

Pourquoi consulter pendant l’enfance

Durant cette période on peut être confronté à :

  • des troubles de l’acquisition du langage ou de son utilisation (syntaxe incorrecte, pauvreté du vocabulaire …)
  • une agitation continuelle
  • une chute des résultats scolaires
  • des difficultés d’apprentissage
  • de l’agressivité
  • un manque de concentration
  • de l’anxiété, des peurs durables (les chiens, les fantômes, s’exprimer devant un groupe…)
  • des troubles du sommeil
  • une grande maladresse dans l’utilisation que fait l’enfant de son corps

A l’école généralement les problèmes de comportement ou d’apprentissages sont rapidement signalés. Parfois les deux sont associés : un enfant dissipé a du mal à apprendre, un enfant en difficulté scolaire devient agité

Dans l’établissement scolaire l’enfant peut être emmené à rencontrer un psychologue scolaire. Cependant le psychologue scolaire ne peut pas faire de thérapie, mais peut dépister, conseiller et orienter. Lorsqu’un élève est en difficulté – qu’il soit précoce ou en retard – l’avis du psychologue scolaire peut être sollicité. Une consultation complémentaire avec bilan psychologique, orthophonique et psychomoteur peut aider à la prise de décision.

Non classé

Motifs de consultation lors de la petite enfance

Durant la petite enfance, c’est surtout par son corps que l’enfant exprime son malaise.

Cela peut se manifester par exemple par des difficultés a s’endormir, une propreté non acquise ou perdue, des jeux trop répétitifs, une grande anxiété lorsque l’enfant est séparé d’un objet ou des parents. Il est important de consulter si l’on est confronté à  l’évitement du regard ou si  l’enfant  est indifférent à ce qui se passe autour de lui.

Entre 2 et 3 ans

Les colères et les crises d’opposition sont normales pour cet âge mais peuvent être difficiles à supporter. N’hésitez pas à vous faire aider si vous vous sentez débordés, car vos réactions peuvent compliquer les difficultés. C’est aussi un âge où l’enfant est sensible aux ressentis des adultes et leurs paroles ont un impact important sur lui. Les interdits posés sont plus efficaces que les cris et les fessées. La parole d’un thérapeute peut être très utile pour vous dégager du conflit et vous aider à comprendre pourquoi votre enfant n’obéit pas et défie votre autorité.

3 ans, l’âge de la scolarisation

Si l’école vous alerte sur le caractère indiscipliné ou agressif de votre enfant, et que vous n’arrivez pas à sortir de cette spirale négative, vous pouvez proposer à votre enfant de rencontrer un thérapeute.
Si l’enseignant vous signale un retard de langage ou un retard psychomoteur (graphisme, travaux manuels), il est utile d’envisager une consultation avec plusieurs professionnels pour avoir des avis complémentaires : psychologue, orthophoniste, psychomotricien…

Non classé

Hélène Guermeur, psychologue

J’exerce actuellement comme psychologue clinicienne en libéral auprès d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes.

Depuis l’année d’obtention de mon diplôme de psychologue pour enfants et adolescents, j’ai pu exercer mon métier dans l’accompagnement de jeunes porteurs de troubles envahissants du développement, de troubles des apprentissages et également dans l’orientation scolaire.

Au sortir de mes études, j’ai fait le choix de me former davantage aux Thérapies Comportementales et Cognitives qui m’ont séduites par le mode relationnel interactif entre le thérapeute et le patient, ainsi que par leur efficacité démontrée scientifiquement dans la prise en charge d’un large éventail de problématiques. Les TCC s’adressent aux enfants comme aux adultes.

Je peux avoir aussi recours à certaines techniques de sophrologie et de pleine conscience auxquelles je suis formée  afin d’aider mes patients à surmonter certaines épreuves.

Mes connaissances se réfèrent au développement cognitif,  socio-psychologique et neurologique de l’enfant et l’adolescent ainsi qu’à la psychopathologie.

Ma formation

Master 2 (Bac +5), Psychologie de l’enfant et de l’adolescent, double cursus (Master 2 Professionnel et Master 2 Recherche), Mention Bien, Université Paris 8

CU Sophrologie, Centre de Formation Continue en Santé, Université d’Aix-Marseille

Diplôme D’Études Supérieures Universitaire Clinique et Thérapie Cognitive et Comportementale, Centre de Formation Continue en Santé, Université de Médecine, Université d’Aix-Marseille

stock photo, research, library, reading, books, psychology, clinical

Ma pratique

Ma formation et mon expérience me permettent d’être à la fois attentive à la dimension psycho-affective (émotion, angoisse,…) des difficultés de la personne ainsi qu’à l’aspect cognitif (raisonnement, mémoire, attention,…) de celles-ci.

Je m’inspire de différentes théories et techniques apprises au sein de mes formations et de mes différentes expériences pour m’adapter au mieux à la personnalité et aux attentes de la personne et respecter ainsi son individualité.

Le patient aura parfois des exercices à réaliser pour tester des techniques abordées en séance.  Ces exercices ont pour objectif de lui permettre de réfléchir entre les séances à certaines problématiques.  Mon but est de donner à mes patients les outils nécessaires pour qu’ils puissent développer leur autonomie et trouver leurs propres solutions.

 

N° ADELI Psychologue : 839309549

pexels-photo-707193.jpegN° ADELI Psychothérapeute : 83007720

 

Non classé

Le suivi de l’adolescent et du jeune adulte

Comment le psychologue travaille-t-il avec l’adolescent et avec les parents?

Suivant le contexte et l’âge de l’adolescent, un 1er rendez-vous peut être fait afin que les parents puissent exposer leurs questions et leurs inquiétudes. Il permet au psychologue de se faire une idée de la symptomatologie, du contexte dans lequel elle se déploie et des enjeux familiaux éventuels.

Ce premier entretien se déroule généralement en présence de l’adolescent. Suite à cela il sera également intéressant de pouvoir rencontrer les parents et l’adolescent seul(s) afin de pouvoir recueillir l’avis de chacun sur la problématique exposée.

Parfois, un seul rendez-vous permet de surmonter les difficultés.

Comment se déroulent les consultations suivantes?

 En fonction de la situation, il peut être proposé:

  • un bilan
  •  des remédiations cognitives des difficultés scolaire pour aider l’adolescent à s’organiser dans son travail
  • un suivi psychologique, pour permettre à l’adolescent de bénéficier d’un soutien moral
  • une Thérapie Cognitive et Comportementale (phobie, anxiété, troubles obsessionnels du comportement, manque de confiance en soi…)
  • des séances de sophrologie (anxiété, préparation aux examens, confiance en soi, mal être physique)

Le psychologue travaille seul avec l’adolescent mais peut ouvrir avec, son accord, un espace thérapeutique d’échange avec ses parents.

Le travail du psychothérapeute pour adolescent autour des questions d’orientation scolaire ou professionnelle peut venir se soutenir d’une évaluation du fonctionnement cognitif via un bilan cognitif qui permet de cibler les ressources et les difficultés spécifiques de l’adolescent.

Non classé

La remédiation cognitive

Les difficultés scolaires

L’école est un lieu d’apprentissage. Apprendre consiste à acquérir des savoirs, des habiletés et des attitudes qu’on ne possède pas au départ. Apprendre, c’est parcourir un chemin semé d’obstacles plus ou mois faciles à surmonter.

L’école rassemble dans des classes des élèves souvent différents dans leur rapport à l’école et aux apprentissages. Certains sont en phase avec la culture scolaire et sont disponibles aux apprentissages. D’autres, pour de multiples raisons, ne le sont pas ou n’y arrivent pas. La difficulté scolaire se traduit alors la plupart du temps par un niveau insuffisant lors des évaluations et s’accompagne souvent des jugements suivants: paresse, aucun effort, manque de motivation, de concentration, lenteur, agitation, agressivité…

Qu’est ce que la remédiation cognitive ?

La remédiation cognitive est un outil thérapeutique utilisé dans le cadre des déficits de l’attention et des troubles des apprentissages. L’objectif de cet outil est d’accompagner le patient (enfant, adolescent et parfois adulte) à développer ses structures cognitives et à apprendre des stratégies cognitives et méta-cognitives afin de compenser des processus déficitaires.

Afficher l'image d'origine

Elle permet d’entraîner et rééduquer les fonctions cognitives comme par exemple, l’attention, la mémoire, la motricité fine…. Elle peut aider votre enfant dans l’organisation de son travail, mettre en place des outils méthodologiques permettant d’optimiser ses résultats scolaires, l’aider dans la lecture et la compréhension des consignes, dans la prise de notes… tels sont les objectifs de ce suivi.

Les séances sont individualisées afin de répondre spécifiquement à ses besoins.

Quand mettre en place un accompagnement en remédiation cognitive?

La mise en place d’un travail de remédiation cognitive découle généralement d’un bilan effectué lui-même suite à des interrogations (du patient, de ses parents, de l’école…) concernant les capacités d’apprentissage du sujet. Cet outil peut donc être mis en place dès que des problématiques d’apprentissages apparaissent qu’il y ait un retard intellectuel ou non.

Même si l’interrogation concerne souvent les apprentissages scolaires, il est important de préciser que la remédiation cognitive ne s’inscrit pas dans une méthode et un programme scolaire. La remédiation permet au sujet de s’autoriser à expérimenter et développer ses compétences au sein d’un cadre ludique. Ce type d’accompagnement est donc tout à fait adapté à des enfants et ce même en bas âge.