Enfants

Motifs de consultation à l’adolescence

L’adolescence est une période de la vie durant laquelle, des changements psychiques et physiques peuvent survenir. Durant cette période, l’enfant peut avoir du mal à gérer ces changements et adopte des comportements inadéquats. Il peut avoir des difficultés scolaires, des problèmes relationnels avec son entourage, surtout avec ses parents, il se sent la plupart du temps seul et incompris, il peut même avoir des comportements agressifs. En cas de retard de prise en charge, l’enfant peut avoir des problèmes beaucoup plus sévères comme une perte d’appétit. Donc, à l’affût du moindre signe, les parents devront penser à consulter un psychologue.

En voici des exemples :

  • retrait
  • obsession(s)
  • phobie scolaire
  • peurs importantes
  • manque de confiance en soi
  • anxiété, stress des examens
  • baisse importante des résultats scolaires
  • perte d’appétit ou boulimie
  • L’entrée dans des conduites addictives (alcoolisation les week-end, utilisation de psychotropes) .

Il est parfois difficile de convaincre un adolescent d’aller voir un psychologue, car il croit que ce genre de thérapie est destiné pour les fous. C’est aux parents de lui expliquer que le psychologue pour adolescent est une personne formée pour apporter de l’aide à tout adolescent présentant des troubles de comportement qui risquent de nuire à son avenir. Il est déconseillé d’utiliser la contrainte, car cela ne résoudra en rien le problème.

Enfants

Pourquoi consulter pendant l’enfance

Durant cette période on peut être confronté à :

  • des troubles de l’acquisition du langage ou de son utilisation (syntaxe incorrecte, pauvreté du vocabulaire …)
  • une agitation continuelle
  • une chute des résultats scolaires
  • des difficultés d’apprentissage
  • de l’agressivité
  • un manque de concentration
  • de l’anxiété, des peurs durables (les chiens, les fantômes, s’exprimer devant un groupe…)
  • des troubles du sommeil
  • une grande maladresse dans l’utilisation que fait l’enfant de son corps

A l’école généralement les problèmes de comportement ou d’apprentissages sont rapidement signalés. Parfois les deux sont associés : un enfant dissipé a du mal à apprendre, un enfant en difficulté scolaire devient agité

Dans l’établissement scolaire l’enfant peut être emmené à rencontrer un psychologue scolaire. Cependant le psychologue scolaire ne peut pas faire de thérapie, mais peut dépister, conseiller et orienter. Lorsqu’un élève est en difficulté – qu’il soit précoce ou en retard – l’avis du psychologue scolaire peut être sollicité. Une consultation complémentaire avec bilan psychologique, orthophonique et psychomoteur peut aider à la prise de décision.

Enfants

Le suivi de l’adolescent et du jeune adulte

Comment le psychologue travaille-t-il avec l’adolescent et avec les parents?

Suivant le contexte et l’âge de l’adolescent, un 1er rendez-vous peut être fait afin que les parents puissent exposer leurs questions et leurs inquiétudes. Il permet au psychologue de se faire une idée de la symptomatologie, du contexte dans lequel elle se déploie et des enjeux familiaux éventuels.

Ce premier entretien se déroule généralement en présence de l’adolescent. Suite à cela il sera également intéressant de pouvoir rencontrer les parents et l’adolescent seul(s) afin de pouvoir recueillir l’avis de chacun sur la problématique exposée.

Parfois, un seul rendez-vous permet de surmonter les difficultés.

Comment se déroulent les consultations suivantes?

 En fonction de la situation, il peut être proposé:

  • un bilan
  •  des remédiations cognitives des difficultés scolaire pour aider l’adolescent à s’organiser dans son travail
  • un suivi psychologique, pour permettre à l’adolescent de bénéficier d’un soutien moral
  • une Thérapie Cognitive et Comportementale (phobie, anxiété, troubles obsessionnels du comportement, manque de confiance en soi…)
  • des séances de sophrologie (anxiété, préparation aux examens, confiance en soi, mal être physique)

Le psychologue travaille seul avec l’adolescent mais peut ouvrir avec, son accord, un espace thérapeutique d’échange avec ses parents.

Le travail du psychothérapeute pour adolescent autour des questions d’orientation scolaire ou professionnelle peut venir se soutenir d’une évaluation du fonctionnement cognitif via un bilan cognitif qui permet de cibler les ressources et les difficultés spécifiques de l’adolescent.

Enfants

Le suivi de l’enfant

Comment se déroule le premier entretien?

Lors du premier rendez-vous, enfant et parents expliquent les difficultés qu’ils rencontrent. Cet entretien d’évaluation se fait toujours en présence de l’enfant, afin d’ observer ses comportements par rapport à ce qui est dit et de lui permettre de donner son avis mais aussi de voir les relations entre l’enfant et ses parents. Ce sont donc la parole et le comportement de chacun qui servent de base de travail.

pexels-photo-707193.jpeg

Et après ?

Les séances suivantes, réalisées avec l’enfant seul, ont pour but d’affiner les premières observations et peuvent mener à différents objectifs:

      • Favoriser l’éveil du jeune enfant
      • Débuter une thérapie
      • L’aider à mieux communiquer sur ses ressentis et ses envies
      • Aider l’enfant à développer ses habiletés sociales
      • L’aider à développer et à mieux utiliser ses outils cognitifs
      • Lui apprendre à s’organiser au niveau scolaire et dans le quotidien
      • Vous conseiller pour l’aider à mieux se développer, à être plus efficace dans ses apprentissages
      • Évaluer ses comportements et performances par le biais de tests psychotechniques
      • Proposer des activités de remédiations aux difficultés scolaires
      • Mettre en place des séances de sophrologie

Je propose régulièrement des séances parents-enfant pour faire le point sur le travail psychologique mené et recueillir le ressenti de chacun sur les avancées de celui-ci.

Parfois il peut aussi s’avérer utile  de prendre contact avec les autres professionnels qui interviennent auprès de l’enfant (professeur, orthophoniste, psychologue scolaire…) pour mieux cerner les difficultés de celui-ci. Ces contacts sont alors pris après l’accord des parents et de l’enfant.

girl-kids-training-school-159782.jpeg

Quelques pistes de lecture pour aider l’enfant à préparer la rencontre avec le psychologue :

 

Articles, Enfants

Développement cognitif et tablettes

Sabine Duflo, psychologue, est à l’origine d’une tribune publiée dans Le Monde intitulée « Les tablettes, à éloigner des enfants », signée par plusieurs médecins et pédiatres. Leur verdict est sans appel: les tablettes nuisent au développement cognitif des jeunes enfants, « de la naissance à la fin de la maternelle, c’est-à-dire cinq/six ans », précise-t-elle, ce mercredi sur RMC.

Cette psychologue qui exerce en centre médico-psychologique pour enfants a constaté des « retards de langage, des troubles de l’attention ou une impulsivité » chez les petits « essentiellement stimulés » par des écrans, « la télévision, ou le plus souvent la tablette ou le portable ».

« Des enfants en difficulté en primaire »

Comment Sabine Duflo a-t-elle fait un lien entre leurs troubles et l’utilisation de ces outils?

« Lorsque je vois que l’enfant est exposé, par exemple six/sept heures par jour, et que je propose aux parents une diminution, voire un arrêt total de cet outil, (…) deux à trois semaines plus tard, on observe des redémarrages », indique-t-elle sur RMC.

Son objectif? Sensibiliser les parents, avec son expérience de médecin de terrain, et alerter les autorités sanitaires.

« Je pense que réellement c’est un enjeu de santé publique », s’alarme-t-elle. « Parce que les prémices de la communication, du langage, du rapport à l’autre, se mettent en place très tôt. Si l’on met l’enfant face à un outil qui nuit à des émergences essentielles à son développement, on se retrouve avec des enfants en difficulté en primaire ».

La méthode « des quatre ‘pas' »

L’objet de la tribune n’est pas de contraindre les parents à bannir les écrans de la vie de leurs enfants, mais de les inciter à se montrer raisonnable. Selon Sabine Duflo, le parents peuvent utiliser une méthode très simple:

« J’intitule cela les quatre ‘pas' », résume-t-elle sur RMC. « Il va y avoir des moments dans la journée où il n’y aura pas d’écran – je ne parle pas que des tablettes: jamais le matin, jamais pendant les repas familiaux, jamais le soir avant de s’endormir et jamais dans la chambre de l’enfant, où les tentations sont grandes. Avec ces quatre ‘pas’ là, on dégage énormément de temps ».

Consciente de ne pas « faire le poids » face aux gros constructeurs de tablettes, Sabine Duflo exhorte le gouvernement à se saisir de cet « enjeu de santé publique » .

http://rmc.bfmtv.com/emission/eloigner-les-jeunes-enfants-des-tablettes-un-enjeu-de-sante-publique-915265.html

Sources de l’article : Le Monde, BFMTV, Page Facebook de « Etre Calme et Attentif comme une Grenouille »